Edito du directeur

EDITORIAL MARS 2021

Cette semaine marque le 1er anniversaire de la crise sanitaire. Nous voulons "marquer le coup" pour avoir fait face à cette adversité, avec la volonté inébranlable d'accompagner au mieux les élèves dans un contexte extrêmement difficile et totalement inédit.

Cette période délicate nous a renvoyé à nos fragilités et le moment est propice à une nécessaire prise de recul pour mieux nous adapter à un avenir encore incertain et surtout pour relativiser par rapport à d'autres secteurs d'activités, hors enseignement.

Certes, nos élèves sont en souffrance, plus ou moins larvée, plus ou moins exprimée. Ils vivent très mal la privation de leurs relations interpersonnelles. Que dire par ailleurs de la situation dans l'enseignement qualifiant, voire spécialisé?

Quant au métier d'enseignant, il a dû se réinventer au rythme des codes couleurs. Ces professeurs que je remercie pour le travail déjà accompli, souffrent profondément de l'absence de contact réel avec les élèves.

Professeurs et élèves sont souvent seuls, dans le cadre de l'enseignement à distance. Il est difficile pour les uns de mesurer l'attention de la classe et de récolter des informations sur la manière dont les jeunes reçoivent l'enseignement. Et il est difficile pour les autres de trouver la motivation et l'envie de s'investir.

Une fois la crise dépassée, notre défi sera double. D'une part, ramener chacun, professeurs et élèves, à un engagement total et inconditionnel dans le cadre de cours en présentiel. Il faudra retrouver les "habitudes scolaires" qui ont eu tendance à se diluer ces derniers mois. L'école doit redevenir un lieu d'étude pour tous nos élèves.

D'autre part, il faudra réenchanter le Collège, proposer à nouveau aux élèves des expériences sportives, culturelles, pédagogiques, spirituelles qui donnent du sens à leur scolarité. Il importe que l'école redevienne un lieu d'apprentissage ... de la vie.

Nous ne pouvons, aujourd'hui, que jeter sur l'avenir un regard confiant et optimiste. La science progresse, les vaccins s'annoncent. Grâce au Covid, une réflexion a été lancée sur nos modes de consommation et on met de plus en plus en valeur le circuit court. La lutte contre le climat reprend vigueur. Je me réjouis d'ailleurs de revoir plus souvent dans les médias, notre ancienne élève Adelaïde Charlier. Les USA ont résolument tourné la page de l'ère Trump. Beaucoup de raisons de se réjouir ! Dès lors, tenons le coup pour nos jeunes ....

Stéphan de Brabant, Directeur